AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i solemny swear that i'm up to no good ft. Tuppie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Intermédiaire ★ du jardin communautaire
avatar


› age : je suis née en 1982, j'ai donc trente cinq ans
› côté coeur : je suis mariée, mais c'est un peu plus compliqué que ça à vrai dire
› orientation sexuelle : je suis attirée par les hommes
› métier : professeure de littérature
› quartier : New North End - Institute Road

› posts : 122
› pseudo : Lorelei Sebasto Cha
› inscrit le : 30/08/2017
› age : 35
› avatar : Natalie Portman
© : kusumitagraph (moi)


MessageSujet: i solemny swear that i'm up to no good ft. Tuppie   Dim 8 Oct - 16:24


i solemny swear that i'm up to no good
tuppie & juliet


« … On va passer une soirée tranquille toutes les deux, et si on est torchées c’est pas grave » je terminais de laisser un message sur le répondeur de ma meilleure amie. J’avais besoin de me retrouver avec elle. J’avais besoin de « Tuppie Moments ». C’était comme ça que je les appelait ces moments avec elle. Je savais que je pouvais tout lui dire, et qu’elle ne me jugerai jamais. C’était ça l’amitié, c’était comme ça qu’on pouvait dire si on était vraiment l’ami ou l’amie de quelqu’un. Et j’avais besoin de lui parler. J’avais besoin de son point de vue objectif sur la question. J’avais oui besoin de lui parler de Tom … son comportement ces derniers temps. Et puis j’avais aussi besoin de lui parler de Mickey, et la culpabilité que je ressentais à me retrouver piégée par mes sentiments un peu plus chaque jours. Elle ne me prendrait pas avec des pincettes Tuppence, elle ne l’avait jamais fait et j’espérais qu’elle ne le ferait jamais. Si jamais je merdais, elle me le dirait directement et sans détours. Des fois ça pouvait faire mal, mais si elle ne pouvait pas me le dire, Qui alors pourrait me le dire!? J’avais donc essayé de mettre quand même toutes les choses et les chances de mon côté, j’avais prévu une soirée au bar à vin. Il faut dire que Tuppie et moi, on était de bonnes amatrice de vin. On se la jouait un peu aristo parfois même à essayer d’imiter les oenologues raffinés, à faire tourner le liquide et essayer de décrire la robe plus ou moins ambrée. Ce n’était rien que du vent, et on était plus intéressées parle boire que le décrire le vin … soyons claires! Alors non je ne laissais pas vraiment le loisir à Miss Howard de me refuser l’invitation. Je savais très bien que ça se terminerait avec l’une ou l’autre -voir les deux- avec un coup de trop dans le nez, mais qu’au moins on passerait un bon moment.

J’avais réfléchi plusieurs jours et même semaines à déterminer si oui ou non je pouvais lui parler de Tom. De ce qu’il devenait de ce que je ressentait. Je ne voulais pas protéger mon époux, et je ne cautionnais en rien ce qu’il faisait. Et je savais déjà qu’elle me « taperait » dessus d’avoir envisagé de ne pas lui en avoir parlé. Pire, d’avoir hésite aussi longtemps à piper mot. Mais … j’étais comme ça et elle me connaissait aussi. Parfois je me disais même qu’elle me connaissait mieux que je me connaissais moi même. Non je devais lui en parler. Je ne pouvais pas tout garder pour moi, surtout si je voulais trouver le moyen de changer les choses. Je n’en pouvais plus. Ce n’était plus une vie!

Je m’étais vêtue d’un pantalon noir et d’une chemise bordeaux, comme ça si on renverse du vin, ça ne sera pas bien grave, aherm, passons, j’avais mis un manteau noir et une paire de bottines pour être le plus confortablement habillée. Je ne voulais pas avoir l’air négligée, mais encore moins trop relax. Juste … bien. Même si Tuppie m’avait vue avec tout les habits les plus ridicules de la terre c’était certain, c’était pas une raison. « Bon je t’attends, fais gaffe, j’vais commencer la bouteille sans toi ! » lui dis-je sur son répondeur avant de voir le regarda aterré du serveur qui n’avait pas compris que je blaguais. Je haussais les épaules. Ce soir je n’allais pas être la professeure de littérature et de théâtre du lycée bien sous tout rapports. J’allais être une femme qui fait la fête avec sa meilleure amie. Oui … c’est un vrai danger ce genre de femme!

_________________

the way you make me feel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie ★ Welcome to Burlington
avatar


› age : 34 y.o
› côté coeur : crushed
› orientation sexuelle : you have to try to decide
› métier : Designer freelance

› posts : 18
› pseudo : spf
› inscrit le : 25/09/2017
› age : 27
› avatar : Hayley Atwell
© : tearsflight


MessageSujet: Re: i solemny swear that i'm up to no good ft. Tuppie   Mar 10 Oct - 10:46


i solemny swear that i'm up to no good
tuppie & juliet


Paquet de chips sur le sol, émission de télé-réalité absurde sur l’écran plasma - qu’elle soupçonnait son frère d’avoir volé dans un camion de livraison -, chaussettes grisâtres et immondes remontées jusqu’aux genoux et plaid - qui lui faisait penser à ces gilets moches que les vieilles osaient foutre sur le dos de leur petit chien - dans lequel elle s’était enroulée comme dans un burrito.. Non, vraiment, Tuppence n’avait aucune prédestination au drame et ses soupirs répétés et bruyants, le bruit des chips qu’elle mâchait, n’étaient pas des indicateurs d’un état qu’elle voulait dépressif, pathétique, pour représenter ce qu’elle voyait comme le passage le plus tragique de sa vie. C’était presque aussi douloureux que le jour où elle avait appris la mort de Michael Jackson, et sur l’échelle de la tristesse, en venir à ce stade, c’était atteindre le sommet de son malheur. Comparé au 25 Juin 2009, Tuppie n’avait pas sorti la tenue noire intégrale, combinaison du deuil qu’elle laissait dormir paisiblement au fond de son placard; en réalité, c’était simplement qu’elle rentrait plus dedans, sinon elle se serait vêtue de sa perte, pour se faire plaindre par les gens qu’elle aurait croisé.. Quoique, pour ça, il aurait fallu qu’elle foute les pieds hors de l’appartement de son frère, au lieu de ça elle semblait bien décidé à se greffer aux coussins de son canapé. Sans vraiment suivre ce qu’il se passait sur l’écran de télé, la jeune femme finit par réaliser que son portable s’illuminait, l’écran de téléphone lui rappelant, constamment, les traits de son homme. Grimaçante, elle retourna l’appareil, face contre la table basse, avant de finalement le reprendre en comprenant qu’on avait cherché à la joindre. Replaçant son bras dans son cocon de laine miteuse, Tuppence colla le téléphone contre son oreille, grimaçant en écoutant la musique de fond avant de se concentrer sur la voix. Juliet. Sa Juliet. Elle aurait bien voulu faire un parallèle avec l’oeuvre de Shakespeare et se comparer à Romeo, mais vu son manque d’intérêt pour l’humanité, ces derniers temps, Tuppence aurait plutôt eut tendance à se voir comme un espèce de Mercutio foireux. « Du vin ? Torchées ? I’m in! » Etrangement, il ne lui en fallut pas plus pour qu’elle se redresse sur les genoux, les ressorts du canapé lui rappelant, de manière insidieuse, qu’elle avait commencé à s’empâter à force de se lamenter. Dans une grâce d’une élégance toute relative, fourrageant dans son décolleté pour remettre sa poitrine en place dans son soutien-gorge devenant un peu trop petit pour ses obus, Tuppence se traina jusqu’à la pièce aménagée par Sean, qui devait être sa chambre mais ressemblait plutôt à un placard - encore un peu et elle se serait attendue à recevoir un courrier avec son adresse compète pour lui proposer de rejoindre Hogwarts -.

« Oui, je sors. » Ses rats la regardaient d’un air particulier, obligeant la jeune femme à se sentir jugée. Surtout par Mushu. Sa moustache frétillait d’une drôle manière alors qu’il se collait à la grille, pendant qu’elle essayait de se changer. Oui, essayait seulement, parce qu’apparemment, la majeure partie de ses hauts commençaient à être juste au niveau de ses « poumons » en développement. « Juge pas comme ça. Je suis devenue très bonne en déni, ce qui peut pas me faire de mal, peut pas faire de mal aux autres, ok? Fais pas ton salaud, surtout et dis rien à Sean, ok ?! » L’animal continua de la regarder alors qu’elle finissait par opter par un vieux t-shirt à l’effigie d’un groupe de rock, enfila son blouson par-dessus et farfouillant sous son lit pour récupérer ses bottes, luttant pour faire rentrer le bras de son jean et remonter la fermeture éclaire de ses pompes. Essoufflée après de tels efforts, Tuppence s’assit sur le bord de son lit, farfouilla dans le paquet de chips qu’elle avait trainé dans son sillage, grignota encore un peu et finit par se redresser pour attraper ses clefs et son sac à main, qu’elle imaginait être celui de Mary Poppins vu la quantité astronomique de merdes qu’elle pouvait y mettre.

Son répondeur fit à nouveau vibrer son portable et elle fronça les sourcils en entendant le message, presque outrée par une telle menace. Autant dire qu’elle ne respecta pas forcément les limites de vitesse, pour arriver le plus vite sur le lieu de rendez-vous. Son regard n’eut pas à passer la pièce au crible pour trouver, presque immédiatement, la silhouette de sa meilleure amie, l’attendant presque sagement sur sa banquette. « Honnêtement, ça me touche que tu penses à moi pour t’accompagner dans ton parcours d’apprenti alcoolique. Une main sur l’épaule de Juliet, Tuppence déposa un baiser sur le sommet de son crâne avant de jeter son sac, sans aucune élégance, sur la table et s’asseoir ensuite. Le nez rouge devrait te donner un certain charme. » Un regard sur la bouteille, puis sur les deux verres et Tuppence n’attendit pas vraiment; elle attrapa l’un pur le vider un peu dans l’autre et avala deux gorgées d’une traite, retenant une nausée, en faisant mine de tousser comme si elle avait avalé de travers, avant de sourire pour finalement servir Juliet. « J’ai speedé pour venir, me regarde pas comme ça. Courir, ça donne soif. A quoi on boit ? Me sors pas la paix dans le monde, j’sais bien que les littéraires sont des utopistes, mais c’pas une raison pour virer hippie hein. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Intermédiaire ★ du jardin communautaire
avatar


› age : je suis née en 1982, j'ai donc trente cinq ans
› côté coeur : je suis mariée, mais c'est un peu plus compliqué que ça à vrai dire
› orientation sexuelle : je suis attirée par les hommes
› métier : professeure de littérature
› quartier : New North End - Institute Road

› posts : 122
› pseudo : Lorelei Sebasto Cha
› inscrit le : 30/08/2017
› age : 35
› avatar : Natalie Portman
© : kusumitagraph (moi)


MessageSujet: Re: i solemny swear that i'm up to no good ft. Tuppie   Ven 10 Nov - 0:33


i solemny swear that i'm up to no good
tuppie & juliet


Ah Tuppie. Ma meilleure amie, mon âme soeur amicale, elle était une personne dont je ne pouvais pas me passer. c’était aussi simple que ça. Elle était nécessaire à ma vie et lui donnait un sens. Elle y était importante et c’était pourquoi quand je ne la voyais pas pendant un moment, je commençait à ressentir une sorte de … manque, oui de manque, on peut tout à fait appeler ça comme ça. C’est étrange mais comme un junkie addict moi pour ma part j’étais en manque de ma meilleure amie quand je ne la voyais pas pendant un certain laps de temps. Nous avions chacune nos vies de nos côtés et il n’était donc pas aussi facile qu’avant de se voir, mais pourtant on trouvait toujours le moyen de se retrouver toutes les deux, et passer de bons moments ensemble. C’était bien pour ça que j’avais en ce moment plus que jamais envie de me retrouver avec elle. Alors pour nous faire plaisir à elle comme à moi, j’avais prévu une soirée bourrage de gueule, dans le bar à vin du coin. Normalement je ne risquais pas de tomber sur des élèves à moi, peut être des parents, mais alors je pouvais faire de toutes manières de que je voulais, je n’avais pas à me justifier auprès de qui que ce soit. Et je voulais profiter d’un bon moment avec ma meilleure amie.

Je comptais bien sur elle ce soir pour me faire oublier mes soucis, et mes ennuis, et je savais que je pouvais lui faire confiance, Tuppie était juste ma partenaire de « crime » favorite. Elle pouvait toujours redessiner un sourire sur mon visage et c’était des plus appréciables. J’étais donc bien dans l’optique de me bourrer la gueule ce soir. Oui on peut tout à fait le dire aussi crument. Besoin de relâcher la pression. Alors oui je le lui avait clairement dit sur mon message sur son répondeur. Et sur le second aussi lui disant que je l’attendais et que je ne l’attendrais par contre peut être pas pour commencer à boire. C’était bien entendu le moment que Tuppence choisit pour apparaitre. Comme on dit, l’appétit vient en mangeant, pourrait on dire l’alcoolique arrive en buvant? « Honnêtement, ça me touche que tu penses à moi pour t’accompagner dans ton parcours d’apprenti alcoolique. un large sourire se dessinait déjà sur mon visage alors que je manquais de m’étouffer de rire avec sa remarque. Le nez rouge devrait te donner un certain charme. » faisant une petite moue l’air vexée je me levais et la pris dans mes bras quand elle eut balancé son sac sur la banquette. Je la regardais aussi re-diviser le verre de vin et fis pour le coup encore un peu plus « faire la tête ». Mettant mes mains sur mes hanches pour montrer mon mécontentement je ne pus pourtant pas garder mon sérieux bien longtemps face à elle et me mis à pouffer de rire tout aussi vite. « Bah tu sais que tu sera toujours ma partenaire préférée pour quoi que ce soit! » dis-je amusée alors que je m’asseyais de nouveau et prenais possessivement mon verre. Quand à elle, elle descendit son verre d’un trait me laissant sur le cul. Au sens propre comme figuré. « J’ai speedé pour venir, me regarde pas comme ça. Courir, ça donne soif. A quoi on boit ? Me sors pas la paix dans le monde, j’sais bien que les littéraires sont des utopistes, mais c’pas une raison pour virer hippie hein. » je levais les mains et haussais les sourcils de manière innocente. « Oh j’ai rien dit moi, tu fais ce que tu veux, j’suis pas le genre de personne à juger tu le sait bien. » dis-je avant de nous resservir toutes les deux et de faire signe au serveur de nous apporter la même bouteille. « Ah ben merde, » dis-je en fronçant les sourcils « Merci bien de me bousiller mon toast quoi, moi qui pensais t’annoncer que je postulais à l’élection de miss USA » dis-je avant de plonger mon nez dans le verre de vin pour retenir un éclat de rire. « Hm non » dis-je en m’éclaircissant la gorge « Plus sérieusement, tu me manquait! »

_________________

the way you make me feel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i solemny swear that i'm up to no good ft. Tuppie   

Revenir en haut Aller en bas
 
i solemny swear that i'm up to no good ft. Tuppie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I solemnly swear that we're up to no good ◊ KILI
» I solemnly swear that I am up to no good #Gadreel
» Lukas - I Solemnly swear that I'm up to no good
» oh i swear to you, i'll be there for you ☆ 26.06, 18h21
» MB - It's bloody and raw, but I swear it is sweet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Family comes first :: Burlington, Vermont :: South End-
Sauter vers: