AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 annabel & corey ▽ We're all very lovely 'til we get to know each other.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: annabel & corey ▽ We're all very lovely 'til we get to know each other.   Ven 11 Aoû - 19:22


We're all very lovely 'til we get to know each other.
Annabel Oakley & Corey Spiegelman
Mike Oldfield - Nuclear Il pleuvait une sorte de crachin d'été que Corey trouvait plus désagréable qu'une pluie plus franche, et l'air était chargé des lourdeurs d'une nuit électrique. Alors, malgré ce temps affreux, pourquoi courrait-elle vers cette maison où elle n'était plus la bienvenue, en se moquant de ce que lui dirait Annabel ? Sûrement n'aurait-elle pas du la revoir mais il y a avait des urgences qui balayaient toutes les demandes, mêmes les plus raisonnables. Douchée par l'averse, l'adolescente serrait contre elle une petite forme enroulée dans sa veste en essayant de ne pas trop la bringuebaler. Elle avait entendu un faible miaulement sur le bas côté de la route, non loin de chez elle. Corey avait immédiatement reconnu l'animal qui se traînait difficilement au sol : il s'agissait de Moustique, le gros chat roux d'Annabel. Avait-il été heurté par une voiture ? L’adolescente s'était calmement approché de la pauvre bête. Elle tenta de se montrer délicate, mais il lui griffa les avant-bras sous le coup de la douleur ; le pauvre était terrifié, malgré son état léthargique. Ce ne fut qu'après un long moment sous la pluie qu'elle parvint à saisir doucement l'animal blessé, retirant sa chemise pour la plier et la maintenir sous la zone blessée, glissant le matou dans sa veste pour le tenir au chaud et au sec tandis qu'elle en débardeur, se laissa doucher sans ciller.

Annabel n'habitait pas très loin mais chaque seconde comptait pour Corey. Elle craignait que l'animal soit grièvement blessé. Une de ses pattes arrières était très enflée et il miaulait comme un possédé. Si seulement elle avait pu prendre son vélo... mais mieux valait éviter au chat d'être secoué. Elle arriva devant le seuil de la maison de la quadragénaire un peu tard dans la nuit, Elle sonna sans penser à rien, mais n'aurait jamais imaginé aller chez Annabel à une heure si indue, surtout pour une chose qu'elle jugeait aussi grave. Lorsque la rousse ouvrit la porte, elle put voir cette grande adolescente très maigre aux yeux maladroitement charbonnés de noir, les cheveux et le débardeur trempé, grelottant de froid. Mais surtout dans ses bras, son pauvre chat blessé.

"C... c'est l-le chat...", elle déglutit, "une voiture a du le heurter... il...", elle hésita, ne sachant pas trop quoi dire, fermant les yeux pour ne pas regarder l'autre femme, "... il a du mal à... respirer..."

La jeune fille était essoufflée, mais elle ne s'en souciait pas. Il était rare de voir Corey hors de son flegme habituel. Sa nervosité était palpable, pourtant elle n'avait pas l'air paniquée, juste concernée. N'osant pas rentrer sans y être invitée, la jeune fille tendit sa veste délicatement à Annabel, en faisant bien attention au chat qui eut un miaulement à vous en déchirer le cœur.

"D... doucement...", elle se retira dès l'animal rendu à sa maitresse, poussant un long soupir, "... je l'ai trouvé.. p-près de chez moi et... je te l'ai directement ramené..."

Corey n'ajouta rien de plus, tournant les talons en étant déjà sur le départ, la peau hérissée de chair de poule et les cheveux à l'état de serpillière gorgée de flotte, les avant-bras tout rouges.
Chez Annabel.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: annabel & corey ▽ We're all very lovely 'til we get to know each other.   Dim 13 Aoû - 21:34


C'était de ces soirées à la fois simples et un peu merdiques, où l'on ne se sent bien nulle part d'autre que chez soi, enroulée dans son plaid, un verre de bon vin à la main, devant une émission abrutissante.
Annabel bailla largement, se sentant à la fois seule et soulagée de l'être. La journée n'avait pas forcément été fatiguante. Le temps déteignait sur son humeur, la rendant maussade alors qu'elle ne parvenait pas à s'amuser de la soupe télévisuelle sur sa tv.
La lourdeur électrique la rendait fébrile, comme un présage de la suite des événements.

Un premier coup de sonnette. Elle maugréa un peu, sans quitter son canapé. A cette heure c'était soi une erreur, soi du démarchage. Cependant, l'autre derrière la porte insista tant et tant qu'elle finit par se lever, exaspérée, abandonnant plaid et verre de vin blanc.

Le spectacle qui s'offrit à elle la laissa muette de stupeur. Corey..? L'état de la jeune fille la préoccupa aussitôt. Elle tremblait, semblait à bout, bégayant quelque chose à propos d'une forme recroquevillée contre elle... Une forme familière, aux poils trempés.
"Moustique..." Fit Annabel, devenue livide. Le gros chat roux, rescapé de la famille, petit chaton compagnon de jeu de ses enfants, confident de leurs malheurs d'adolescent... Il représentait des temps heureux. Et voir l'animal dans un tel état la fit soudain trembler, lui rappelant sa propre situation en une mise en abîme terrifiante.
Elle prit le chat, presque mécaniquement, le calant dans ses bras comme on le ferait d'un bébé, semblant dans un état second. Déjà Corey tournait les talons et elle restait là, plantée comme une idiote.
"Attends !" Cria-t-elle alors que la jeune fille était déjà dans l'allée.
Elle la rattrapa en quelques enjambées, sans se soucier d'être en pantoufles sur les graviers trempés.
"Je vais l'emmener chez le vétérinaire immédiatement. Tu... Tu veux venir ? Tu ne peux pas rentrer aussi trempée tu vas prendre froid. Rentre, je vais te donner une autre veste et une serviette. Sèche-toi pendant que je sors la voiture."

Corey était une fille bien. Une gamine sérieuse. Une gamine amoureuse. C'était un coup de tête. Un coup de coeur. Une bêtise de gamine. Une erreur quarantenaire. Alors pourquoi est-ce que ça lui crevait tant le coeur..?

Elle fit comme elle avait dit, tendant une veste et une serviette à Corey, tout en se précipitant au garage, mettant le moteur à tourner le temps d'ouvrir la porte métallique. Il était hors de question de laisser ce foutu vieux chat mourir. Il était le dernier membre de la famille encore fonctionnel, il n'avait pas le droit de la lâcher aussi. Elle ne sentit pas ses propres larmes couler, reniflant un peu avant de tendre le chat à Corey.
"Tiens-le. Il a toujours détesté les visites chez le vétérinaire."

Elle riait en disant cela et elle pleurait silencieusement amorçant le virage pour sortir de son jardin, pour rejoindre la grande avenue.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: annabel & corey ▽ We're all very lovely 'til we get to know each other.   Dim 13 Aoû - 22:18


We're all very lovely 'til we get to know each other.
Annabel Oakley & Corey Spiegelman
Mike Oldfield - Nuclear Par réflexe, Corey baissa les yeux pour ne pas avoir à croiser le regard d'Annabel. Elle les ferma en lui tendant le pauvre animal avant de faire volte-face avec l'idée de s'en aller. Elle avait la sensation que son office ici était terminée, mais Annabel l'interpella et elle comprit immédiatement que la nuit serait longue. Peut-être elle-même n'avait-elle pas vraiment l'envie de partir, mais craignait de rallumer cette étrange culpabilité entre elle. Corey sourit un peu timidement à Annabelle, comme si elle essayait de la réconforter sans vraiment savoir quoi lui dire. Le félin dans les bras de la rousse semblait léthargique, mais l'adolescente savait bien qu'il fallait se méfier des animaux blessés. Elle ne dit cependant rien, docile et accommodante pour le bien de tous, franchissant le seuil où elle avait été invitée. La question d'Annabel n'en était pas une : c'était une demande. Corey accepta d’instinct, comme elle le faisait toujours. Si la rousse voulait qu'elle l'aide, elle l'aiderait. Pas besoin de tergiverser dans ce genre de situation. Elle regarda la femme s'affairer en se contentant de faire ce qu'elle lui disait pour ne pas l'embrasser. Annabel devait déjà avoir bien des choses en tête et elle n'avait pas l'intention d'être un poids mort pour elle ; Corey se sécha rapidement et enfila la veste qu'elle lui avait prête. Le tissu frottait sur ses avant-bras griffés par le chat, mais elle ne moufta pas. Même pas un soupir. Ce n'était rien du tout et il y avait bien plus urgent. Moustique souffrait bien plus qu'elle avec ses petites éraflures.

Les cheveux épais de la jeune fille ne séchaient pas aussi rapidement qu'elle l'aurait désiré, donnant à sa silhouette un air défait, vaincu, au maquillage ruiné. Elle releva le museau en entendant la voiture démarrer dans le garage et s'y rendit pour ne pas perdre plus de temps, glissant dans l'automobile sans vraiment attendre d'y être invitée. Ce n'était pas le moment de faire des salamalecs, et même quelqu'un d'aussi rigide et codifié que l’adolescente le savait. Elle avait bien plus d'empathie pour les animaux que pour les êtres humains et même si son visage n'exprimait en cet instant plus rien du tout, elle avait peur pour le chat. Allait-il mourir ? Elle n'était pas vétérinaire et ne savait pas du tout ce qu'il avait mais en face des larmes d'Annabel, Corey se fit de fer. Elle avait l'air à la fois sereine et sûre d'elle et son silence n'avait rien de nerveux, bien au contraire.

"Ça va aller, Annabelle", assura Corey d'une voix calme en essayant de regarder la rousse.

Elle hocha de la tête pour signifier tacitement à la rousse que tout se passerait bien, et prit le félin à bras le corps, le calant dans ses bras sans rien dire. Et même si elle ne comprenait pas pourquoi Annabel riait dans un moment si grave - elle était incapable de saisir qu'on pouvait rire de nervosité - Corey demeura paisible, le regard fixé sur l'animal à moitié dans les vapes. Jusqu'à ce qu'il miaule d'un virage pris un peu trop serré, et se mette à se débattre comme un possédé, mordant la main de la jeune fille au sang. Cette dernière eut un souffle étouffé, mais rien de plus. Elle se contenait admirablement et laissa Moustique la mordre volontairement pour parvenir à mieux le bloquer. Il utilisait ses dernières forces pour lutter avec l'adolescente qui le maîtrisa après l'avoir laissé se fatiguer,s ans se plaindre. Une fois qu'il fut calmé, elle releva la tête vers Annabel, toujours sans oser la regarder.

"Il a encore de l'énergie, tu vois...", elle poussa un vague soupir, "... il ne saignait pas quand je l'ai trouvé."

Corey ne savait pas si c'était bon signe ou pas mais elle gageait que l'absence d'hémorragie pourrait peut-être tranquilliser un peu Annabel. Rejoignant la grande avenue attenante où se trouvait le vétérinaire le plus proche, elle se pencha sur Moustique pour lui dire, sur un ton serein :

"Pauvre vieux chat."

Sa voix n'avait à présent aucune émotion particulière et elle descendit en première de la voiture, avec délicatesse pour ne pas secouer l'animal, attendant Annabel. Préférant demeurer dans la salle d'attente pour se remettre - elle avait l'air si calme et si sage pourtant - Corey laissa la quadragénaire aller seule avec son chat dans le cabinet, reçue d'urgence. Elle préférait demeurer seule avec ses pensées pour se laisser le temps de se reprendre. Moustique avait-il été gravement heurté ou aurait-il juste une fracture ? Elle ne savait pas, et cette ignorance la mettait en colère. Croisant les bras sur son torse, le contrecoup de la fatigue la prit et sa peau se piqueta de chair de poule, prise d'un long tremblement. Pauvre vieux chat. Pauvre Annabel ; elle ne lui apportait que de mauvaises nouvelles. Depuis que la femme lui avait dit vouloir cesser leur relation, Corey n'avait pu s'empêcher de se dire qu'elle avait fait quelque chose de mal. Elle n'était pas capable de comprendre la culpabilité de la rousse, ni ses états d'âme et simplifiait tout : si elle avait voulu arrêter, c'était parce qu'elle-même lui avait nui. C'était enfantin. Elle frémit. Pauvre vieux chat. Va-tu mourir et laisser ta maîtresse toute seule avec ses démons ? Ses prières silencieuses se tournèrent vers tous les dieux qu'elle connaissait, et même ceux qu’elle ne connaissait pas encore : sauvez ce pauvre vieux chat.

Et lorsque la porte du cabinet s'ouvrit sur la salle d'attente, l’adolescente se releva par réflexe, déroulant sa longue silhouette fatiguée pour aller vers Annabelle. Elle se risqua à la regarder un peu par dessous, comme l’adolescente timide qu'elle était, inquiète pour l'animal autant que la maîtresse.

"Il le garde ?", demanda Corey un peu bêtement, "comment tu te sens ?"

Elle savait que ce chat représentait beaucoup pour Annabelle car il était en quelque sorte un rescapé du naufrage qu'était la famille de la rousse. L'adolescente avait de la peine pour elle, même si elle avait du mal à l'expliquer et se mordit l'intérieur de la bouche en se risquant à poser sa main sur l'épaule d'Annabelle, très doucement. Le contact avec les autres la dégoûtait, mais celui de la rousse lui semblait moins pénible, puisqu'elle l'aimait et se souciait de la réconforter. Bien maladroitement, mais sincèrement.

"Je peux rouler pour le retour", affirma Corey qui essayait encore une fois de se montrer fiable et serviable.

Chez Annabel.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: annabel & corey ▽ We're all very lovely 'til we get to know each other.   

Revenir en haut Aller en bas
 
annabel & corey ▽ We're all very lovely 'til we get to know each other.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corey Perry
» Corey Perry R 27 5325000 1 97 82 79 86 72 75 75 87 71 84 68 73 86 77 78
» The little relationship of Corey o/ ♥
» Corey Graves - The Flood
» (m) Corey Fogelmanis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Family comes first :: Break Time :: Anciens rps-
Sauter vers: